Positions Juridiques de la OKC et des adeptes restants

Comment la OKC voit l’arrivée du Procès juridique début 2016 ?


 

Ogyen Kunzang Chöling

(English version below)
Chers Amis,
Vous n’êtes pas sans savoir que notre centre Ogyen Kunzang Chöling fut pris dans une tourmente en 1997. Le 2 juin dernier, après 18 ans d’instruction, il a été décidé d’un renvoi devant les tribunaux correctionnels.

Ce renvoi ne préjudicie nullement de l’issue de cette procédure. Depuis 18 ans, nous contestons avec fermeté toutes les accusations qui sont portées contre nous. Outre la violation du droit à un délai de procédure raisonnable, nous cherchons toujours à comprendre cet acharnement à notre encontre. Sans doute, pour le pouvoir judiciaire, notre vie en communauté, notre mode de fonctionnement et notre «vivre autrement» sont-ils les bases de cette procédure. Il n’en reste pas moins que l’esprit dans lequel nous vivons est tout à fait respectueux et en phase avec l’Éthique bouddhique et la légalité.
Nous avons toutes les raisons de croire que le procès qui aura lieu en janvier prochain permettra enfin de mettre en lumière l’absence de fondement des accusations portées contre notre centre.

Nous vous tiendrons bien sûr informés de l’évolution du dossier.
Pour plus d’informations, vous trouverez sur http://www.okc-net.org/dossier/ un ensemble de documents permettant de se faire un avis plus éclairé sur ce sujet.
Bien cordialement à vous,

Rui de Carvalho Oliveira (Lamten) & Emília Marques Rosa (Tséring)

Ogyen Kunzang Chöling
111, rue de Livourne
1050 Bruxelles
bxl@okc-net.org
www.okc-net.org
Tél 02/648.14.07
GSM 0475/57.21.32

Dear friends,
You are probably aware that our centre Ogyen Kunzang Chöling was caught in a storm in 1997. On June 2, 2015, after 18 years of judicial investigation, a referral to the correctional court was finally decided.
This referral does not prejudice the final outcome of this procedure. For 18 years, we have firmly challenged all the accusations brought against us. Besides the infringement of the right to have the proceedings disposed of within a reasonable period, we are still seeking to understand the causes of this judicial harassment. For the judiciary, our life as a community and our particular way of functioning are probably the source of this procedure. But the fact remains that the spirit in which we live is totally respectful and consistent with Buddhist ethics and with legality.
We have every reason to believe that the trial to be held in January next year will finally bring to light the groundlessness of the accusations brought against our center.
We will keep you informed of any further developments of this case.
For more information you will find on http://www.okc-net.org/dossier/ a set of documents (in French) allowing to develop a more informed opinion on this subject.
Kind regards,
Rui de Carvalho Oliveira (Lamten) & Emilia Marques Rosa (Tsering)
Ogyen Kunzang Chöling
111, rue de Livourne
1050 Bruxelles
bxl@okc-net.org
www.okc-net.org
Tél 02/648.14.07
GSM 0475/57.21.32

 

Ogyen Kunzang Chöling111, rue de Livourne, B-1050 Bruxelles
Tél. +32 (0)2 648.14.07 ou +32 (0)475 57.21.32
E-mail : bxl@okc-net.org
Web : www.okc-net.org


Comment la OKC voit le verdict de 2017-2018 ? (premier procès)

– Alors même qu’une partie de la direction est reconnue sous emprise et acquittée voici le texte pondu par la direction au lendemain de la condamnation de Spatz

appel-tribunal

19 ans de procédure pour en arriver là…

L’Association OKC estime que, même si aucune peine n’a été prononcée en ce qui la concerne, même si la plupart des préventions mises à sa charge ont été abandonnées et même si un bon nombre d’acquittements ont été prononcés, le verdict rendu a son encontre le 15 septembre dernier est insultant et infondé.

Sur le fond de ce procès, notre Association n’a pas eu droit de parole, ou du moins d’écoute, de la part du Tribunal. L’utilisation des mots : « prise d’otages et tortures » utilisés par la Cour est infamante. A mille lieues de la volonté de « bien faire et le mieux possible » qui a toujours guidé notre Association. Nous n’avons pas eu l’occasion de l’exprimer, tellement place fut donnée à ces témoignages des premiers jours du procès. Ils ont pris le dessus sur les différents avis et jugements de l’Éducation Nationale française, de la Juge des Enfants de Digne, des nombreux contrôles et visites des services sanitaires, sociaux, de sécurité, qui étaient pourtant bien dans le dossier et qui contredisent ce verdict.

Cette déferlante de témoignages accablants nous a laissé pantois, tellement c’était inscrit dans une caricature prônée par quelques-uns à une époque !

Notre Association ne peut pas laisser voler en éclats toute son action durant ces 40 ans. Action dont nous sommes fiers aujourd’hui ! Derrière cette Association, il y a des gens et des vies. Pour eux, tout cela est injuste, injustifié et révoltant !

Raison pour laquelle notre Association dans son ensemble fait appel de ce jugement.


Quel est le récit mis en place par la OKC pendant plus de 20 ans pour se justifier de sa dérive ?

Voici la page Dossier Juridique de la OKC


Comment la OKC réagit à la deuxième condamnation de son Gourou?


Ogyen Kunzang Chöling fut pris dans une tourmente en 1997. Le 2 juin 2015, après 18 ans d’instruction, il a été décidé d’un renvoi devant les tribunaux correctionnels. Le procès s’est tenu de janvier à mai 2016. Depuis 18 ans, nous contestions avec fermeté toutes les accusations qui sont portées contre nous. Outre la violation du droit à un délai de procédure raisonnable, nous cherchons toujours à comprendre cet acharnement à notre encontre. Sans doute, pour le pouvoir judiciaire, notre vie en communauté, notre mode de fonctionnement et notre «vivre autrement» sont-ils les bases de cette procédure. Il n’en reste pas moins que l’esprit dans lequel nous vivons est tout à fait respectueux et en phase avec l’Éthique bouddhique et la légalité.
Nous avions donc toutes les raisons de croire que le procès permettrait enfin de mettre en lumière l’absence de fondement des accusations portées contre notre centre. Il n’en est pas été ainsi en première instance, le Tribunal ayant prononcé le 15 septembre 2016 une déclaration de culpabilité, sans peine, à l’encontre de notre association. Nous ne pouvions accepter ce jugement et l’association a interjeté donc appel.

Mise à jour, 12 juin 2019
Dans son arrêt du 18 septembre 2018, la Cour d’appel de Bruxelles a dénoncé avec force les dérives des poursuites, de l’instruction et du procès en première instance qui avaient conduit en 2016 à la déclaration de culpabilité avec dispense de peine de notre Association. Elle a également dénoncé de nombreuses autres entorses graves au respect des règles les plus élémentaires de la procédure pénale, tout au long de la période 1997-2016, lesquelles ont rendu impossible la tenue d’un procès équitable et respectueux des droits de la défense. L’arrêt de la Cour d’appel a conclu donc à l’irrecevabilité des poursuites.
Le Ministère public n’a pas contesté cette décision, préservant ainsi notre Association de toute inculpation future.
Notre honneur est donc sauvegardé, ainsi que celui de la Justice, qui s’est montrée, en ce qui nous concerne, digne du nom qu’elle porte.

Cependant, un certain nombre de parties civiles ont déposé un pourvoi auprès de la Cour de Cassation. C’est ainsi qu’un nouveau procès se tiendra dans les prochains mois à la Cour d’appel de Liège, mais uniquement au civil en ce qui concerne notre association.

Mise à jour du 15 février 2021 – Ogyen Kunzang Chöling a nouveau blanchie
Dans son arrêt du 2 décembre 2020, la cour d’appel de Liège, devant laquelle Ogyen Kunzang Chöling asbl était citée uniquement au civil, a jugé que la responsabilité civile de notre association n’a été engagée à aucun moment et que les demandes des différentes parties civiles à son égard étaient infondées. Pour rappel, le ministère publique avait déjà abandonné fin 2018 toutes poursuites pénales à l’égard d’Ogyen Kunzang Chöling à l’occasion de l’arrêt de la Cour d’appel de Bruxelles du 18 septembre 2018.
Suite à l’arrêt de la Cour d’appel de Liège du 2 décembre 2020, des pourvois en cassation ont une nouvelle fois été formés par d’autres parties. Nous attendons à présent le nouvel arrêt de la cour de cassation, qui devrai être prononcé dans le courant 2021.

Pour plus d’informations, vous trouverez sur la page « Dossier judiciaire en cours » de ce site un ensemble de documents permettant de se faire un avis plus éclairé sur le sujet.


la OKC n’a jamais été blanchie, tout au plus une partie de l’affaire financière à son encontre s’est effondrée, la OKC a bénéficié de la dégénration des preuves, pas de blanchiment, elle n’a jamais été blanchie, au contraire, la direction OKC est largement reconnue sous emprise de Spatz et c’est ce dernier qui se ramasse la peine, mais le discours de la OKC ci dessus qui prétend que l’état aurait abandonné les poursuites est une vue de l’esprit.

En effet, une instruction juridique est en cours en France et une enquête financière sur des faits qui n’ont jamais été jugé est en cours en Belgique, la OKC est tout, sauf blanchie, malgré la propagande de son sécrétaire général !


Enfin il est intéressant de constater l’état d’esprit des adeptes et de satellites d’OKC ventant à son secour par la commande de la part d’OKC, de temoignages de vécu au sein de la OKC par des adeptes :


66 « Commentaires » d’adeptes OKC, les textes sont tel quels, les originaux sont ici

  1. godard bernadette (une fanatique de la première heure qui a donné sa vie à Robert Spatz)

    Je suis arrivée chez Ogyen Choling en été 1975 avec ma valise et mes bagages pleins de souffrance, d’émotions, ne parvenant pas à m’adapter à la société dans laquelle j’étais née et telle qu’on proposait de vivre. N’arrivant pas à assimiler non plus la religion catholique à laquelle ma mère voulait me convertir, je cherchais désespérement un sens à la vie que je ne trouvais pas ailleurs. Jusqu’au jour où un livre de Sagesse tibétaine me tomba dans les mains et là je ressentis aussitôt un déclic et me mis à rechercher ces Maîtres de Sagesse. Et cette recherche aboutit au Centre d’Ogyen Choling. Grande fut ma joie de les retrouver, de les rencontrer et d’avoir pu recevoir les réponses que je cherchais depuis toujours. Je ne peux que leur être reconnaissante de leur patience, leur bonté, leur compassion à mon égard. Ils ont vraiment le don d’inspirer les êtres humains à s’améliorer et à retrouver force et courage en eux-mêmes. Je leur souhaite de nous enseigner encore et encore pendant de très longues années.

    Quand je contemple aujourd’hui tout ce que l’étude de la philosophie bouddhiste peut offrir dans la vie de tous les jours par rapport à ce que la société d’aujourd’hui peut offrir, je n’hésite pas une seconde. D’un côté une attitude humaine, non dualiste, compassionnée attentive à la souffrance d’autrui, une volition d’aider les êtres à voir plus clair en eux-mêmes et à se voir tels qu’ils sont…. et d’un autre côté une société basée sur la peur, sur la haine sur les rapports de force, le mensonge, la manipulation. Et c’est alors que l’insoutenabilité de la souffrance humaine fait jaillir dans mon coeur une compassion infinie et me fait sentir UN avec tous les êtres humains de toute nationalité.
    Et enfin pour terminer, je voulais simplement dire que je ne me suis jamais sentie une fonctionnaire du divin ou une employée du Dharma, Dieu merci !

  2. Les raisons de cette longue et fastidieuse procédure sont probablement la peur comme pour tout gouvernement de voir entamé son très illusoire contrôle, de se justifier un certain rôle, d’employer de nombreux bureaucrates (en nombre grandissant dans nos sociétés), bref rien de bien sérieux ni de quoi s’inquiéter sinon d’avoir à perdre du temps et de l’énergie.
    Tout ceci ne pourra que continuer à renforcer l’attitude altruiste et généreuse de tous les membres et proches de Ogyen Kunzang Choling.
    Bien que ne vivant pas en Europe en ce moment je garde ainsi que mes enfants des liens étroits et très précieux avec mes amis, partageant les mêmes idées de simplicité, d’ harmonie, de communication dans un monde suragité en quête de paix et d’équilibre.
    Je nous souhaite a tous de continuer a œuvrer pour cette paix et cette harmonie.
    En toute amitie
    Christian Giordano

  3. Depuis plus de dix ans, je fréquente régulièrement le centre Ogyen Kunzang Choling. Les enseignements y sont tout aussi rigoureux que dans les autres centres bouddhistes. C’est un lieu important pour ceux qui recherchent un soutien dans leur pratique spirituelle, méditative. J’y ai toujours trouvé des réponses justes à mes questions. La communauté et l’esprit dans lequel elle évolue ont été d’un grand soutien moral dans des moments éprouvants. J’y trouve des gens intelligents, ouverts, tolérants et absolument engagés dans leur voie spirituelle. J’envisage d’ailleurs de rejoindre la communauté.

  4. Dans ce monde hallucinant, j’ai poussé un jour la porte d’un havre de paix, d’amour et d’intelligence du coeur!! C’est grâce à Ogyen Kunzang Chöling que j’ai eu l’opportunité de rencontrer des « Etres remarquables » qui y ont transmis et transmettent encore aujourd’hui ces Enseignements du Bouddhisme Tibétain si inspirants!!
    Leur bienveillance, leur humanité, leur joie et humour ne peuvent rendre indifférents…Leur exemple me stimule et m’enseigne chaque jour à regarder le monde avec des yeux plus altruistes..
    Si des êtres malveillants ont mal interprêté et tant critiqué le travail si sincère et désinteressé de cette communauté, je regrette leur ignorance car je soutiens la OKC inconditionellement!
    Sincèrement
    Béatrice Deleu

  5. Merci OKC d’aider les gens à devenir meilleurs et plus humains, ayant plus d’amour et de compassion pour tous les êtres. J’ai eu la chance de vous rencontrer et de recevoir les nobles enseignements de maîtres respectés, sages et aimants. Une communauté comme la votre, dont l’objectif n’est pas la réussite matérielle mais le fait de se consacrer à la pratique du dharma et d’aider tous ceux qui aspirent à devenir de meilleurs êtres humains, est une trouvaille. Je finis ce message comme je l’ai commencé, en exprimant ma reconnaissant pour tout ce que vous m’avez offert et m’offrez encore.
    Amicalement,
    Carmo Marques

 

  • Depuis le début des années 90, nous avons eu le privilège de rencontrer les membres de Ogyen Kunzang Chöling. Tout au long de ces années, jamais nous n’avons constaté de comportement incorrect, de démarche prosélytiste, de manifestation d’intérêt économique, personnel ou en faveur du groupe. Nous sommes donc en mesure de témoigner de leur parcours sans tâche, de leur bonté et de leur souci inébranlable de faire de ceci un monde meilleur pour tous. Nous espérons de tout coeur que la lumière se fasse à leur sujet. Nous faisons confiance à la justice de notre pays pour faire éclater la vérité et innocenter ces personnes qui ont apporté tant de bien à la société.

  • Je suis née et j´ai grandi au sein d´Ogyen Kunzang Choling et je peux affirmer que les années de mon enfance et de mon adolescence passées à Nyima Dzong ( château de soleils)ont été les plus heureuses de ma vie. Que puis-je ajouter? Toutes ces années passées au sein de la OKC ont donné une direction et un sens à ma vie ainsi que les outils nécessaires pour survivre dans cette société malade qui piège les êtres et les rend si malheureux et démunis. Je ne puis qu ´exprimer une infinie reconnaissance vis à vis de tous les maîtres exceptionnels qui ont été si souvent et injustement jugés, critiqués et incompris dans leurs activités simplement parce que nous avons choisi de vivre autrement! Actuellement par les circonstances de la vie je ne vis plus au sein de la OKC avec qui j´entretiens toujours des liens très étroits. Je ne considère pas l´avoir jamais quittée et c´est là-bas que je me sens chez moi. Que la lumière soit faite au plus vite!

  • Merci au centre OKC pour l’hospitalité et la gentillesse de l’accueil. La bonté et l’amour altruiste pour tous les êtres que j’y ai ressentie est tout à fait louable. Je ne peux donc que remercier pour les pratiques spirituelles et les enseignements que j’y ai reçus. Je suis également très reconnaissante à tous ceux qui font que ce centre existe et continue de fonctionner

  • Emilia Rosa (première femme du sécrétaire général de la OKC et adepte de Lama Kunzang de la première heure, en 2015 elle a été chargée de gérer la communication de la secte OKC, elle a fait partie de la direction OKC Portugal, était la “responsable” en 1993 quand une vingtaine d’entre nous ont été déporté à Mù, servile de Spatz au point d’avoir perdu tout discernement, aujourdh’ui elle s’est recyclée en “enseignante du Bouddhisme” au Portugal sous la bannière de Ringu Tulku et à son compte.

    J’ai vécu dans les centres OKC entre 1973 et 2001 – j’y ai appris le Bouddhisme et reçu des enseignements de nombreux maîtres exceptionnels, véritables géants de connaissance, d’amour et de sagesse.
    J’ai vécu dans la structure communautaire proposée, une vie simple – sans doute – mais absolument digne et parfaitement libre de tous les soucis matériels habituels. J’ai ainsi pu me consacrer entièrement et sans retenue à la quête spirituelle proposée par le bouddhisme et faire, à la fin des années 80, une retraite de 3 ans, traditionnelle dans le bouddhisme tibétain, dans le centre de retraites de Chanteloube, appartenant à une autre école bouddhiste.
    Bien que j’habite loin depuis quelques années, je garde toujours un contact très étroit et ne rate jamais une opportunité de revoir mes amis de longue date et de participer aux événements précieux qui sont régulièrement organisés à Bruxelles ou en France.
    Tout ce que j’ai vécu et appris grâce à OKC est mon trésor le plus cher, ce qui a rendu ma vie significative, pleine et bien plus heureuse que ce qu’elle n’était avant. Merci de tout mon cœur !

  • Je fréquente occasionnellement Ogyen Kunzang Chöling depuis la fin des années ’70. J’y ai suivi des cours de yoga pendant 2 ans et j’ai assisté plusieurs fois à des conférences, tant dans les années 70 que de 2000 à 2015. C’est aussi toujours avec plaisir que je viens prendre un repas seule ou avec des amis à la Tsampa ou au Dolma. Il m’arrive aussi d’acheter des produits naturels ou préparés dans les magasins.
    J’ai toujours apprécié la gentillesse de l’accueil, la qualité des cours et des conférences, sans compter la beauté de l’endroit et sa parfaite propreté. J’ai toujours eu l’impression d’un lieu ouvert, de dialogue et d’échange, et je n’ai jamais ressenti la moindre pression ou tentative d’embrigadement, bien au contraire. Les gens que j’ai rencontrés là m’ont pour la plutpart toujours semblé équilibrés, sereins et épanouis. J’espère vraiment que ce lieu soit enfin lavé de tous les soupçons et accusations que certains ont soulevés contre lui et qu’il pourra enfin continuer sereinement à promouvoir le bouddhisme et des valeurs de paix, de sagesse, de partage et de joie.

    1. Par la grâce de l’existence de ses Grands Maîtres de Lumière, reconnus au sein du Bouddhisme Tibétain, j’ai pris contact avec Ogyen Kunzang Chöling, vers 1980, au Portugal.
      Merci pour tout l’Enseignement que j’ai reçu depuis, qui m’a aidé à vivre avec joie, confiance et simplicité. C’est là, avec le soutien de la communauté d’Ogyen Kunzang Chöling, où j’ai vécu presque 9 ans, que j’ai eu la possibilité d’adopter un mode de vie fraternel, écologique, respectant l’environnement, avec une nourriture toute biologique, créateur de santé et joie de vivre. Je suis reconnaissante jusqu’à aujourd’hui de l’existence de tous ces Lieux Précieux, qui versent Compassion et Lumière sur tous les êtres. Je souhaite vraiment que la vérité soit reconnue, et qui la vraie justice soit faite.

    2. Joana Giordano (n’a aucune idée du vécu des enfants au sein de la OKC, est partie de CS très tôt, son père par contre a été Chef OKC France et est un proche inveterrer de Spatz de la première heure.)

      Bien que n’ayant passé que les premières années de ma vie au sein de Ogyen Kunzang Choling cette période a influence de façon extrêmement positive ma vie entière. Les êtres qui composent cette communauté ont toujours étaient les plus amicaux et accueillants que j’ai rencontré, avec qui je reste tout le temps en contact et qui est un grand privilège de connaitre.
      Avec mes meilleures pensées

    3. C’est avec une grande joie que j’ai pris contact avec les enseignements bouddhistes en 1984, ceux-ci ont répondu à ma demande de cohérence par rapport au sens de la vie au Centre de Hungkara Dzong au Portugal . Mes expectatives se sont avérées justes avec le temps et le contact avec des Maîtres reconnus par leurs réalisations et sagesse.
      J’ ai vécu dans les différents Centres d’Etudes du Bouddhisme Tibétain – Ogyen Kunzang Choling des expériences riches de beauté et harmonie pendant 10 ans, après lesquels me sentant installé dans une approche émoussée , j’ai décidé qu’il valait mieux retourner dans la vie sociale. J’ai créé une petite entreprise, et j’ai toujours gardé pendant ce temps, un contact chaleureux avec le Centre et les personnes qu’y habitaient.
      C’est avec surprise et stupéfaction que j’ai appris les mésaventures dont le Centre a été victime ,et celles-ci m’ont fortement touchées ; Comme je croyais vivement au projet et qu’il valait la peine de lui donner de la force dans ce mode si gris, c’est avec joie que j’ai demandé à ce que l’on veuille bien accepter ä nouveau ma collaboration, afin que je puisse soutenir de vive voix une belle aventure humaine. Un grand merci, cela fait maintenant dix ans que j’ai le bonheur d’y participer et j`espère vivement que la bienveillance et la vérité puissent être reconnues et dévoilées.
      Je vous demande de pardonner la pauvreté du texte, merci le correcteur orthographique, étant portugais de naissance et peu lié aux lettres, j’exprime avec le cœur un sentiment sincère.

    4. J’ai vécu au sein de la communauté OKC durant quinze ans.Ce fut pour moi une expérience des plus enrichissantes.
      Basée sur le Bouddhisme, nous y avons reçu à maintes occasions de grands Maîtres Tibétains.
      Des Lamas, peintres Tibétains et sculpteurs Bhoutanais y ont séjourné et actuellement deux Lamas Tibétains vivent encore au Monastère de Soleils.
      Le Monastère fonctionnait un peu comme un kibboutz et les enfants y allaient à l’école.Ceux d’entr’eux qui l’ont désiré ont suivi l’enseignement dans l’école du village proche. Nous avions de nombreux amis dans le voisinage et la région. J’eus, grâce à la communauté, l’occasion de faire trois séjours au Népal dans des Monastères Tibétains et d’y suivre l’enseignement des Lamas.
      Fin des années 80 nous avons reçu à Bruxelles au sein de la communauté OKC la visite et les encouragements du Dalaï-Lama.
      Actuellement encore, j’y suis les enseignements des Lamas de passage.
      Cette expérience est pour moi unique et source d’un grand bonheur.

    5. C’est en m’inscrivant à un cours de yoga que j’ai connu le centre Ogyen Kunzang Chöling en 1973. Il y eut toute une série de cours puis une conférence. C’est pendant cette première conférence que j’ai eu le déclic, une évidence. J’ai vécu 25 ans au centre de Bruxelles et quelques mois au centre de Lisbonne. Toutes ces années sont les plus importantes et les plus belles de ma vie. Il y avait le yoga, la méditation, le temple, les enseignements, les activités; tout ça dans un cadre de vie communautaire à la qualité irréprochable. Mes souvenirs de la fratrie sont joyeux , très joyeux. On était bien, on vivait bien, tous unis par la même source d’inspiration. Quand j’ai quitté Lisbonne pour retourner vivre en France, je suis restée connectée de coeur et en août dernier, lors d’un voyage à Bruxelles, j’ai repris contact avec la communauté. Nous nous sommes retrouvés avec grand bonheur.
      Les critiques infondées et les accusations mensongères m’attristent.
      J’exprime ma profonde reconnaissance au centre du bouddhisme tibétain Ogyen Kunzang Chöling. En créant plusieurs centres en Europe, cette école a donné la possibilité aux êtres qui ont une prédisposition pour le développement spirituel, de vivre et d’étudier, chaque fois dans un lieu exceptionnel.
      Je remercie les Maîtres qui par leur simple présence et leur vision panoramique, éclairent nos vies.
      Il m’a écrit : « que ton coeur soit le corps de cristal »
      je luis écris : « ce regard bleu transparent, un tremplin pour l’infini »

    • Je fréquente le centre depuis2004, j ai suivi avec assiduité les enseignements de Rui Lamten le samedi matin.
      Ces commentaires des textes ont été facilement compréhensibles par ma culture occidentale et nous pouvions poser facilement des questions.Je continue à venir aux enseignements je connais beaucoup de membres de la communaute et c est toujours un plaisir partagé de les rencontrer.Il y règne un esprit serein propice au partage et à la méditation.Je soutiens avec vigueur leur mode de vie et l esprit bouddhiste qui y regne

    • Yumma Mudra alias Myriam Szabo, grande pourfendeuse des attaques contre la OKC sur le web pendant des années, victimes de Spatz, mais aussi complice par moment, elle a fini par créer sa propre secte en mélangeant tout ce que Spatz lui a “enseigner” et ce qu’elle a glané sur la route de sa vie en le transformant en un business effectif où le Gourou c’est Yumma Mudra, bref du Yummisme)

      Je vivais à Paris en 1980 quand j’ai connu le centre de Yoga de la O.K.C. rue de Montgomery. J’avais 18 ans, je revenais d’Inde et je voulais rencontrer un centre pour étudier et pratiquer le Bouddhisme Tibétain. J’ai ensuite vécu au sein la communauté, en Belgique, au Portugal, en Espagne et en France. Cette période de ma vie a été décisive pour me mettre sur la Voie qui à présent donne des fruits. J’ai passé une première année en retraite solitaire à Nyima Dzong et ensuite de nombreuses autres périodes de 5 à 6 mois dans d’autres lieux de la communauté. Ces opportunités uniques et précieuses restent aujourd’hui gravées en moi comme des bénédictions pour lesquelles ma gratitude est profonde, éternelle. J’ai aussi reçu des Enseignements, et fréquemment, de grands Maîtres dont Dilgo Khyentse Rinpoche, Tulku Pema Wangyal Rinpoche, Sa Sainteté le Dalai Lama, Ringu Tulku Rinpoche pour ne citer que quelques uns. J’ai appris à lire et à écrire le Tibétain, le Hatha Yoga, le Karaté Shotukan ( ceinture noire), j’ai appris à faire tous les rituels, j’ai parfait les pratiques rapidement grâce à la communauté. J’ai apTout en étudiant sans cesse le Dharma, j’ai appris à cuisiner, à m’occuper des enfants, à travailler dans un potager, mais aussi j’ai appris à vivre dans la nature avec les éléments. Dans l’activité dharmique du Karma Yoga en ville, particulièrement dans les restaurants végétariens , nous faisions la meilleure cuisine de tout notre coeur pour contribuer au bien de tous les êtres. Je me souviens que nous portions beaucoup d’attention à cultiver dans les centres un refuge pour les gens qui venaient chez nous ou dans les restaurants et encore aujourd’hui, 35 ans plus tard, c’est toujours un soulagement de rentrer dans un centre ou un restaurant ou un magasin de Ogyen Kunzang Choling parce qu’on y rencontre des personnes présentes, décontractées, bienveillantes et aussi surtout simples dans le contact humain. Cette vie communautaire , avec ses hauts et ses bas en coulisses, m’ a apporté une compréhension de l’être humain en général et surtout de moi-même dans le miroir des autres, qui est devenue de plus en importante pour moi quand j’ai ensuite développé mon propre travail artistique par la suite. Je suis danseuse depuis mon enfance et à un certain point, le Lama Kunzang m’a conseillé de danser pendant mes retraites en intégrant mon entrainement à la pratique. C’est la racine de tout ce que j’ai accompli par la suite et qui aujourd’hui forme l’axe central de ma vie sociale. Mais surtout, grâce à mes années dans la communauté Ogyen Kunzang Choling, j’ai pu facilement marqué un changement puissant et radical de direction dans ma vie pour me montrer le sens de celle ci et aussi pour me verticaliser de façon à cultiver autant que possible les jardins opulents de parfums de fruits du Dharma, l’humanité authentique, dans mon coeur et dans celui des êtres autour de moi.
      Yumma Mudra (fondatrice de http://www.danzaduende.org et auteur de LA VOIE QUI DANSE)

    • j’ai decouvert le centre OKC vers 1978,ayant la chance d’habiter non loin; j’ai pu assister à de nombreus enseignements dispensés par les plus grands maîtres du boudhisme tibétain ; ces rencontres ont été pour moi extrêmement importantes et bénéfiques, et le resteront toujours.
      j’y ai toujours été accueillie trés chaleureusement et avec bienveillance par tout le monde, dans une ambiance sereine, et la joie de vivre des enfants lorsque l’école était encore ouverte.
      j’y retourne toujours avec plaisir, et je souhaite au plus grand nombre de personnes de découvrir OKC, qui, dans ce monde si perturbé, peut apporter aux êtres equilibre, réconfort et joie.

    • Emeric Thuret (la famille Thuret, ont connu la OKC bien après les perquisitions, n’ont jamais vécu dans la OKC à part leur fils, volontairement, déjà adulte, si ce dernier a connu Spatz, c’est en Espagne dans les années 2000+, n’a aucune idée du vécu des différentes générations au sein de la OKC)

      J’ai rencontré Ogyen Kunzang Chöling il y a maintenant presque 10 ans fin 2005 – début 2006. C’est une rencontre qui m’a ouvert à des enseignements simples et merveilleux, mais aussi à des personnes ordinaires qui ont cette gentillesse vraie, mûri par les épreuves, qui en font des ami(e)s tout à fait extraordinaires. Dans la vie pratique de tous les jours, leurs projets sont en accord avec leurs valeurs et proposent d’excellent magasins biologiques et restaurants végétariens. Chaleureux et sympatiques, avec de la qualité. Très heureux de vous avoir rencontré et d’avoir partagé un peu à vos côtés !!! Meilleures pensées et excellente continuation !!

    • Géry Mahieu (ex-fonctionnaire-traducteur européen, grand investisseurs via son salaire dans les activités de Spatz, principale source d’argent “offert” pendant des années pour la OKC et Spatz)

      « Non, je ne regrette rien », comme on dit dans la chanson. Quand j’ai eu la chance d’entrer en contact avec Ogyen Kunzang Choling, il y a une quarantaine d’années, j’étais au fond du trou et aucun des psychothérapeutes que j’avais consultés n’avait réussi à m’en sortir. J’ai alors reçu l’aide de Lama Kunzang et à travers lui, de toute la Lignée des Maîtres Nyingmapa comme, par exemple, Kangyour Rinpotché, Khyentsé Rinpotché et Pemala Rinpotché. Et, peu à peu, ma vie a changé, sinon, c’était l’alcool, la drogue ou l’hôpital psychiatrique. D’ailleurs, tous ceux qui sont venus appeler au secours parce qu’ils souffraient, ce qui n’a rien d’étonnant dans cette société qui nous manipule pour faire de nous des machines à consommer, ont eu droit au même traitement compassionné. Je suis infiniment reconnaissant à tous les Lamas de la Lignée pour leurs conseils et j’essaie de le montrer en les suivant, ce qui n’est pas toujours facile, mais qui me mènera un jour, si je suis assez diligent, à ce qu’on appelle l’Eveil dans le Bouddhisme, c’est-à-dire sortir du cauchemar dans lequel nous nous débattons depuis si longtemps.
      Si c’était à refaire, je signe à deux mains.

       

    1. Depuis plusieurs années, je suis les enseignements du centre OKC et ceux de Rui Lamten. J’ai également participé à plusieurs retraites. J’ai toujours été intéressée par le bouddhisme et outre les nombreuses lectures , ce qui me « touche au plus profond » est la rencontre avec les membres de la communauté, la haute valeur des enseignements, le respect de la vie, la dignité qui en ressort.

    2. Dans les années 70, j’étais un jeune déprimé et mal dans sa peau. La rencontre avec le bouddhisme m´a profondément aidé. J’ai eu la chance d’aller vivre a Nyima Dzong -Chateau Soleils.Jamais je n’aurais assez de reconnaissance vis-a-vis de Ogyen Kunzang Choling. Ces années passées
      a Chateau Soleils ont illuminés toute ma vie et laissés une profonde empreinte dans mon coeur.La rencontre avec les grands Maitres du Bouddhisme c’ était comme trouver une source fraîche dans le désert.J’avais trouvé un sens a ma vie.
      Quand je me relis je trouve mes mots bien fades pour exprimer toute la chaleur humaine et la coherence de Ogyen Kunzang Choling

    3. Suite à mon intérêt pour toutes les cultures et philosophies, j’ai eu la chance, vers 2005, de découvrir le centre bouddhiste Ogyen Kunzang Chöling à Bruxelles. Ce lieu ouvert, où se tiennent de multiples activités (cours de yoga, enseignements philosophiques et conférences), offre également un magasin de produits naturels et un restaurant de cuisine végétarienne très prisés par les personnes soucieuses d’une bonne hygiène de vie.
      J’ai toujours été impressionnée par la propreté, la correction, la bonne organisation et le respect d’autrui en toutes occasions. Jamais, au cours de ces dix années, n’ais-je pu constater le moindre faux-pas chez ses membres, que ce soit sur le plan relationnel, sur le plan financier, ou dans l’expression de leurs enseignements. Au contraire, je peux témoigner d’un comportement irréprochable, d’un enseignement positif, d’un souci du travail bien fait et d’une grande générosité de cœur. Toutes les personnes que j’y ai vues ont toujours fait preuve d’une attitude positive, réservée et exemplaire, permettant à tout un chacun de découvrir par soi-même les vraies valeurs universelles afin de les mettre en avant pour progresser vers un monde meilleur pour tous.
      Je suis confiante et je crois que justice sera faite de manière à rétablir la vérité et à laisser place au droit de vivre autrement et dans le respect du choix de chaque être humain, à une époque où nous vivons dans un monde globalisé.

    4. (n’ aucune idée de la realité du vécu dans la OKC, un véritable lèche botte de Spatz, qui fréquentait la OKC car ça lui donnait l’impression d’exister sous l’influence de Spatz

      je remercie la communauté okc de m’avoir permis d’exercer l’art de guérir dans une ambiance sereine et propice à la réflexion

    5. Vick (a vécu quelques années à Château de Soleils, n’a jamais rien vu, rien su et puis est sortie de la OKC tout en gardant ce qui l’arrangeait)

      Nyima Dzong est un de ces endroits qu’on voudrait éternel.
      Je n’y habite plus depuis des années, mais je le porte encore dans mon coeur comme un trésor précieux. Il ne se passe pas un jour sans que je pense à Nyima Dzong et à tous ceux qui y sont liés, qui sont comme une deuxième famille.
      L’enseignement que j’y ai reçu, a construit les bases de ce qui remplit ma vie aujourd’hui.
      Lorsque je pense à Ogyen Kunzang Choling et aux maîtres qui y ont enseigné et qui y enseignent encore aujourd’hui, un seul sentiment: la gratitude.

    • Nicolay-Thuret Patricia (la famille Thuret, ont connu la OKC bien après les perquisitions, n’ont jamais vécu dans la OKC à part leur fils, volontairement, déjà adulte, si ce dernier a connu Spatz, c’est en Espagne dans les années 2000+, n’a aucune idée du vécu des différentes générations au sein de la OKC)

      Merci de tout ce que vous donnez, de tout ce que vous offrez. Je suis venue en 2008 par intermittence à Bruxelles pour les pratiques du matin avec Emeric. J’ai rencontré une communauté sympathique, simple et généreuse. Au sein de cette communauté des individus chaleureux ouverts et bons. Depuis je reviens pour l’occasion d’un stage, d’enseignements et c’est toujours un espace-temps de rencontre, de partage. Lorsque je pense à vous tous, je souris. S’il vous plait continuez à être exactement cela, respectueux, discrets, joyeux tout en nous guidant sur la voie de libération de la souffrance, nous et tous les êtres.

    • Tsomo Rosa (Fille du sécrétaire général de la OKC, en 2021 et ce puis plus de 20 ans, au service proche de Spatz en Espagne, elle est effectivement la sécrétaire de Spatz en l’absence de Yana, première auprès de Spatz, depuis les années 80, est venue témoigner à décharge, potentiellement une victime d’abus (non-confirmé)

      Je suis née au sein d’Ogyen Kunzang Chöling, au Château de Soleils, en 1976, et c’est une joyeuse satisfaction d’avoir vécu et de vivre encore cette « école de vie » !
      Je ressens une reconnaissance profonde envers mes parents, qui ont choisi cette voie dès 1973, ainsi qu’envers tous ceux qui ont participé, directement ou indirectement, à mon éducation, car mis à part l’enseignement scolaire classique qui avait lieu sur place au Château de Soleils, Ogyen Kunzang Chöling m’a aussi offert la possibilité, dès l’enfance, de me familiariser avec la méditation,
      la pratique des yogas et arts martiaux, l’étude de la philosophie bouddhiste ainsi que la langue tibétaine écrite, et puis aussi avec des éléments plus simples, tels que la cuisine, la confection de vêtements, s’occuper d’animaux, jouer d’un instrument de musique, danser, etc.
      Arrivée à l’âge adulte, et face aux différentes autres possibilités de mode de vie qui se présentaient, ce choix est alors devenu le mien avec certitude !
      Bien entendu, j’ai eu la joie de rencontrer de nombreux maîtres bouddhistes pendant toutes ces années, et particulièrement lorsque, grâce à Ogyen Kunzang Chöling, j’ai eu l’opportunité de passer six mois à Shétchen, au Népal, en tant que bénévole au « guest house » du monastère.

      Aujourd’hui, à l’aube de mes 40 ans, ayant vécu dans plusieurs des centres, en participant aux activités, aussi bien au Château de Soleils dans les temples, à la bergerie ou dans les champs, que dans les restaurants et magasins biologiques des centres urbains, je contemple l’éducation reçue et les expériences vécues, et c’est avec joie que je me sens riche d’une aventure unique.

      Bien sûr, les braves gens n’aiment pas que l’on prenne une autre route qu’eux, mais puisque tous les chemins mènent à Rome, eh bien, que chacun emprunte le sien sereinement.

    • C’était en 1972, mes pas [ou plutôt mon cœur] m’ont guidé par un heureux hasard à pousser la porte de la rue de Livourne et à rencontrer le Lama Kunzang , un Maître exceptionnel et un être hors du commun. J’étais très jeune a l’époque mais je n’étais ni malheureuse ni perdue ni en quête de spiritualité…… pourtant, cette rencontre fut pour moi une révélation. Je suis restée dans la communauté, en faisant des aller-retour car j’habitais a l’étranger, et j’y ai rencontre des gens merveilleux. Je veux témoigner que le Bouddhisme [Tibétain] n’est pas une religion comme on l’entend chez nous en Europe mais bien plus une philosophie, une gnose, un état d’esprit, une éthique, un apprentissage de la vie qui nous aide à devenir des Êtres Humains libres. Tout cela peut paraître commun de nos jours mais était très « avant-gardiste » il y a 40 ans ; le Lama Kunzang a toujours œuvré dans ce sens pour le bien de tous les êtres, doté d’une éthique irréprochable et très précise en montrant la voie à suivre mais sans jamais l’imposer. J’ai le plus grand respect pour lui et une éternelle reconnaissance.
      Merci

    • C’est toujours avec grande joie et anticipation que j’attends la date des enseignements des Lamas. Ils régénèrent ma vie – j’en reviens avec l’esprit plus ouvert, capable de faire face aux difficultés. Peu à peu, je sens que je deviens plus joyeuse et plus humaine. Je me prépare aussi à ce qui ne manquera pas d’arriver – j’ai presque 81 ans ! J’aimerais avoir encore la force et la santé pour écouter beaucoup d’autres enseignements.

      Je connais la communauté depuis 37 ans. Pendant de nombreuses années j’ai visité mon fils – qui vit dans la communauté depuis cette date – à Nyima Dzong (France) et à Bruxelles. Mon fils s’est marié dans la communauté et a eu une fille. Elle a eu une excellente éducation et a suivi des études très réussies. Tous les ans ils viennent me visiter et passer des vacances au Portugal.

      Dans la communauté, tout le monde est très sympathique. Dans leur manière d’interagir avec les autres ils irradient le bonheur et une grande richesse spirituelle pour le bien de tous. Je les remercie du fond du cœur.

      Le monde aurait tout à gagner s’il y avait plus de centres comme celui-ci. Les mots sont faibles pour dire tout ce que je ressens dans mon cœur.

    • João Simões (un adepte portuguais qui n’a jamais vécu à OKC Bruxelles ou OKC France, qui n’a aucune idée de la réalité des différentes générations d’enfants, qui a peine connu Spatz de loin, même en étant dans la OKC portugal)

      Mon premier contact avec le centre OKC fut en 1987, à travers le centre de Yoga et méditation OKC de Lisbonne, au Portugal.
      Je me souviens avec nostalgie de cette époque très heureuse et des excellents instructeurs ainsi que des amis que je m’y suis faits et qui sont devenus des compagnons pour la vie.
      A partir de ce moment-là j’ai eu l’extraordinaire possibilité de vivre au sein de la communauté jusqu’en 1996. Aujourd’hui encore je garde avec tous un contact privilégié et j’essaye de suivre les programmes, les pratiques et toutes les activités.
      J’ai un énorme respect et je ressens une profonde gratitude pour tout ce que j’ai reçu et pour toutes les expériences que j’ai pu vivre au sein de OKC.
      En particulier je suis extrêmement reconnaissant d’avoir pu rencontrer des enseignants et des maîtres reconnus et respectés dans le monde entier, tels que Sa Sainteté Dilgo Khyentsé Rinpoché et Trulshik Rinpoché.
      Je voudrais laisser mon témoignage en souhaitant que le travail développé par OKC puisse continuer, que tout soit auspicieux, que les obstacles se dissipent et que tous les êtres bénéficient le plus possible des enseignements.

       

    1. Ayant grandi dans une famille catholique pratiquante en Allemagne, je commençais, dès l’age de 14 ans a beaucoup m’interesser au bouddhisme tibétain, suite a la lecture de plusieurs livres de Chögyam Trungpa Rimpotché. Après 7 ans de recherches, j’ai rejoint la communauté OKC qui correspondait parfaitement a tous mes attentes d’enseignement bouddhiste, et je ne saurais jamais remercier assez Lama Kunzang de m’avoir offert cette opportunité.J’ai vécu pendant 6 ans dans notre monastère Nyima Dzong en France. Puis, depuis 1987 je vis a Bruxelles, travaillant toujours dans nos magasins de produits biologique. Mes 2 enfants Anna et Antonio ont suivi leur scolarité dans notre école privé de Nyima Dzong et tous deux disent y avoir vécu une enfance vraiment très heureuse. Ils vivent d’ailleurs aujourd’hui encore au sein de la communauté, mon fils étudiant la médecine a l’UCL en 6ième année. A partir de l’age de 19 ans, ma fille a vécu pendant 4 ans a Kathmandou pour étudier des textes sacrés du bouddhisme tibétain au shedra du monastère de Shéchen. Mes enfants, ainsi que d’autres enfants de notre communauté, ont fait plusieurs séjours au Bhoutan, en partie sur l’invitation de la Reine du Bhoutan, qui avait d’ailleurs, au moment donné, envoyé une lettre aux autorités belges, certifiant l’authenticité des enseignements bouddhiste de Lama Kunzang.
      En ce qui concerne les événements qui se sont passé en 1997, en travaillant au magasin Dölma, j’ai été en première ligne pour reçevoir les policiers. Quel était mon étonnement de me trouver tout a coup en face d’un « Inspecteur-en-chef de la Brigade des Stupéfiants » suivi de tout son équipe, me brandissant 2 pages avec un grand nombre de chef d’accusations, tous aussi invraisemblables les un que les autres! J’ai pris bien une demi heure pour réaliser qu’ils ne se sont pas trompé d’adresse. Jamais dans ma vie je n’ai été aussi perplexe!
      Bref, je pense qu’il faut se rappeler que a cette époque, il y avait les disparitions de Julie et Mélissa et d’autres fillettes et on n’avait pas encore arrêté Marc Dutroux, La police était sous une pression vraiment très forte,car on sentait une grande irritation dans toute la population,puisque l’enquête n’avançait pas. Je me rappelle aussi, que a cette époque, M. di Rupo a passé plusieurs jours en prison, suite a des accusations pour abus sexuel de la part d’un jeune homosexuel. Ce qui n’a pas empêché qu’il devienne Premier Ministre de la Belgique par la suite. Mais voilà la preuve, que, dans un pays démocratique et libre comme la Belgique, on peut être rétablie a 100%, quand on est mis en justice pour des accusation fausses. Ainsi je suis tout a fait confiante, que nous serons totalement lavé de tout soupçon par le procès a venir.

    2. Yorgo Santantoniou (adepte OKC qui n’a pas vraiment la moindre idée sur la réalité du vécu des enfants au sein de la OKC)

      J’ai vécu au sein de O.K.C. pendant 27 ans. J’ai dû quitter O.K.C pour des raisons familiales mais je continue a la visiter régulièrement.
      J’étais attiré par les enseignements basés principalement sur la bienveillance, le souci d’autrui sans s’imposer, la tolérance et une sagesse profonde concernant le fonctionnement du monde.
      Quand j’ai pu approfondir ces enseignements, j’ai découvert que ce ne sont pas des enseignements inventés récemment par quelqu’un mais des enseignements transmis de génération en génération depuis des siècles, appartenant a une école authentique du bouddhisme tibétain.
      J’ai pu beaucoup apprécier la recherche de perfection, que ce soit un plat a offrir, un mur a construire, l’éducation des enfants, etc… la recherche de la voie du milieu, en évitant les extrêmes, qui forme des individus capables d’appliquer tous ces principes dans la vie quotidienne, le respect d’autrui et de la société.
      Pendant mes séjours, que ce soit a Bruxelles ou au Château des Soleils, je n’ai rien trouvé qui aille a l’encontre de ces principes et de ces enseignements.
      Yorgo Santantoniou

    3. Anna Nishi (Fille de Trilig ci dessus, victime d’abus sexuels de la part d’un éducateur, puis de Robert Spatz, abus qu’elle qualifie d’initiation, vit en Espagne, proche de Spatz avec son mari Japonais qui peint des Tangkhas Bouddhistes, vivent tous les deux dans la propriété communautaire de Spatz en Espagne)

      Quand je pense à Nyima-Dzong, à mon enfance dans cet endroit en pleine nature, à l’éducation que j’y ai reçue autant au niveau scolaire qu’au niveau du bouddhisme, je ne remercierai jamais assez les Maîtres et Lama Kunzang en particulier d’avoir rendu cela possible. Ce fut pour moi, je m’en rend compte face à la vie, une base solide pour aller de l’avant dans ce monde, avec courage et bienveillance, face à des situations qui parfois nous semblent irréelles tellement elles sont contre nature!
      Devenue maman au sein d’Ogyen Kunzang Chöling, je n’hésiterais pas à donner à mon fils la même éducation, que je considère comme rare et précieuse.

    4. Isabel Tome (une adepte de la première heure qui a été au courant d’abus sexuels dès 1997, qui n’a rien fait pour aider la victime, au contraire même, la décourageant de porter plainte, l’incitant à ne rien faire en Justice, il a fallu attendre 2016 et des nouvelles révélations d’abus sexuels de personnes qu’elle estimait être “ses filles” pour que finalement après 20 ans, elle daigne reconnaître la vérité, son mari est venu témoigner à décharge pour Spatz en 2020)

      Je suis arrivée à Nyima Dzong (Château de Soleils) l’été de 1976, sans rien connaître au Bouddhisme. J’accompagnais mon mari et j’ai été très heureuse de découvrir, à travers les Enseignements de Lama Kunzang et des autres Lamas qui visitaient le centre, une philosophie de vie qui m’a beaucoup apporté. Nous allions à Nyima Dzong pour un stage d’été et nous sommes restés dans Ogyen Kunzang Choling jusqu’à aujourd’hui ! J’ai pu y rencontrer de très grands Maîtres du Bouddhisme Tibétain qui ont été et seront pour toujours une inspiration dans ma vie.
      Notre fils est né a Nyima Dzong, et c’est là qu’il a suivi sa scolarité jusqu’au jour où il a voulu voyager et vivre ses propres expériences. Il revient souvent nous voir et nous gardons un contact excellent.
      Je souhaite de tout mon cœur que la famille d’Ogyen Kunzang Choling puisse continuer à faire le bien de tous ceux qui cherchent cet équilibre et cette harmonie dans ce monde tellement troublé !

    5. Pierre Ravach (un fanatique de la première qui a été éjecté de la OKC pour ses tendances pédophiles et qui a réintégré celle ci au début des procès en 2016, aujourdh’ui c’est un fervent défenseur de Lama Kunzang sur les forums et réseaux sociaux)

      L’Inde au-delà de l’illusion… c’était le titre d’un film-conférence du Lama Kunzang Dorje le 2 Février 1973 au Shell-Building rue Ravenstein à Bruxelles.
      Le film était un documentaire sur le monastère de Kangyur Rinpoché à Darjeeling avec Tulku Pema Wangyal et Lama Kunzang.
      J’étais à cette conférence parce que je me préparais à voyager vers l’Inde à la recherche d’un Maître en Yoga, à la suite de mes lectures et de mes recherches pour une Quête spirituelle.
      Évidemment, après la rencontre du Lama Kunzang, j’ai réalisé que je ne devais pas courir au bout du monde puisque j’avais là, à quelques arrêts de bus de chez moi, un véritable Maître du Yoga authentique.
      C’est ainsi que j’ai intégré la maison rue de Livourne quelques semaines plus tard et qu’il m’a été proposé de peindre le futur Temple en construction. Formé par des études artistiques et la pratique de la BD, je me suis attelé à cette noble tâche, à l’époque aidé uniquement par les conseils du Lama et deux livres d’art Tibétain… c’était rare à l’époque de trouver de la documentation.
      Plus tard, J’ai aussi eu la grande chance de vivre une retraite individuelle de pratique qui dura 6 mois et qui a marqué ma vie de manière profonde.
      En 1976, la visite de Sa Sainteté Dudjom Rinpoché dans notre communauté a été une grande bénédiction. Sa Sainteté m’invita à l’accompagner au Népal pour étudier auprès d’un peintre en Arts Traditionnels. C’est la communauté qui a entièrement financé mon voyage d’études à Kathmandu qui dura plusieurs mois.
      Je ne vais pas raconter ma vie, ce n’est pas le but et la place me manquerait, mais ma vie entière est lié aux Lamas et à la communauté pour l’étude du Dharma, la pratique de la méditation et l’apprentissage à devenir un meilleur être humain. C’est donc une grande gratitude que je veux porter en témoignage et mon inconditionnel soutien.

    1. ….O.K.C….pris dans la tourmente ?

      Que la Tour mente depuis plus de dix-huit ans et hante cette communauté n’étonnera quasi plus personne

      O.K.C. 3 mots merveilleux me viennent à l’esprit pour le décrire: Oasis Komblant le Coeur.
      Depuis 1975 j’ai pu rencontrer les premiers maîtres bouddhistes invités par Lama Kunzang en Belgique pour y enseigner.

      Un cercle de personnes en quête de recherche intérieure et d’authenticité se passionnent et créent ce qu’on appelle une communauté de Vie.
      Mettre en pratique les instructions reçues du Dharma demande des efforts, du courage, de la persévérance et de la motivation.
      La communauté peut être le soutien pour ceux qui désirent vivre et partager ensemble une même recherche.

      40 Ans plus tard je remercierai toujours la Vie d’avoir rencontré le centre O.K.C.et son magicien insuffleur de vie, infatigable, Lama Kunzang.

      Merci à tous ses membres de garder vivants les lieux et les activités spirituelles du centre.
      Lieux magiques, ensemencés par l’empreinte d’amour et de sagesse laissée par les maîtres qui y ont enseigné et les pratiques quotidiennes réalisées.

    2. Je suis professeur de Français dans un collège au Portugal. Je suis intéressée par le bouddhisme tibétain et en juillet dernier, après ma participation à une rencontre en Angleterre avec le Dalai-Lama, j’ai passé une semaine dans la communauté, rue de Livourne, à Bruxelles (O.K.C) car je voulais me recueillir dans le temple. J’y ai rencontré plusieurs personnes : certaines travaillaient au restaurant, d’autres dehors, en ville, d’autres travaillaient au bureau… Tout le monde se respectait, on partageait quelques espaces (toilettes, couloirs, salle à manger, temple, …) et j’ai vu que tout le monde respectait aussi bien les espaces communs que l’espace de chacun (chambre, p.ex), tout était nettoyé et bien rangé. Tout le monde était poli, respectueux, sympa les uns avec les autres. Le week-end j’ai vu des « fils et filles » qui n’habitaient plus là, qui avaient leur emploi et leur maison à l’extérieur de la communauté, en ville, et qui étaient venus rendre visite à leurs familiers et ils riaient et jouaient aux cartes à la terrasse. Au niveau de l’ambiance je n’ai trouvé que du respect, politesse et amitié.
      Au niveau des enseignements, je dois mentionner la générosité et la sagesse de mon instructeur qui m’a donné des explications, et m’a éclaircit avec patience. Personne ne m’a « séduit » ou « convaincu » à devenir bouddhiste. Je fais mon chemin spirituel librement et au fur et à mesure de mes capacités.
      Je suis adulte, citoyenne responsable et je crois à la justice des hommes, mais il faut être juste et ne pas prendre la partie par le tout. Les personnes qui habitent la communauté, qui donnent des enseignements, sont des personnes correctes et respectueuses et généreuses.
      Rosa Guedes- Portugal

    3. J’habite dans les centres de Ogyen Kunzang Chöling depuis trente – deux années et je ne peux que remercier profondément Lama Kunzang et les autres membres de la communauté de m’avoir permis de connaître le Bouddhisme tibétain et rencontrer tous ces êtres exceptionnels qui sont venus enseigner le Chemin du Bouddha.
      Je souhaite de tout mon cœur que la vérité resplendisse et que cela contribue à la paix dans le monde.

    4. Je vais avoir 40 ans (non, hélas, ce n’est pas mon âge) de vie continue au sein d’Ogyen Kunzang Chöling, dont 8 ans à Nyima Dzong et 31 ans à Bruxelles. Je suis très reconnaissant d’avoir pu rencontrer, pendant tout ce temps, quelques uns des plus grands maîtres du bouddhisme tibétain. Des êtres qui dégagent une énergie tellement sereine, compatissante et positive qu’on ne peut que se sentir bien auprès d’eux. Quel bonheur, à coté de ce qui se passe actuellement dans le monde !
      Isabel et moi avons eu un fils, qui est né à Nyima Dzong et y a vécu, ainsi qu’à Humkara Dzong. Je ne peux pas être plus content de l’éducation qu’il a reçue, quand je vois l’homme qu’il est devenu. Je constate aussi que la majorité des enfants nés, ou ayant vécu depuis tout petits, dans nos centres sont devenus des êtres exceptionnels. Ceci, je l’ai déjà entendu aussi à leur sujet de la bouche de personnes qui ne connaissent pas Ogyen Kunzang Chöling. Je vais même vous dire que si, un jour, Isabel n’est plus là et que j’ai un enfant avec une autre femme (Isabel est d’accord), je l’enverrai sans hésiter à Nyima Dzong pour son éducation.
      Je n’échangerais les années que j’ai vécues dans Ogyen Kunzang Chöling pour rien au monde !
      À la Família…

    5. J’ai connu le centre OKC à Porto, dans les années 82, j’avais 22 ans. Deux ans plus tard, les centres du sud de la France et de Bruxelles, où j’ai vécu jusqu’à mes 54 ans. J’avais vécu dans plusieurs pays et continents; colonisation, décolonisation, révolution; les coulisses des milieux militaires et autres; famille de catholiques pratiquants, missionnaires protestants; assistante sociale… Mon cœur n’était plus là. J’avais de grandes questions existentielles qui n’ont trouvé réponse que dans la philosophie et la pratique Bouddhiste. Une association d’êtres d’une maturité et sensibilité rares, de vécus différents, et un lama à l’écoute, plein d’ enthousiasme et d’ initiative, d’une lignée de transmission authentique. L’OKC a offert à l’Europe quelques uns des premiers centres d’enseignement et de pratique du bouddhisme tibétain. La présence des plus grands Maîtres tibétains dont Dilgo Khyéntsé Rinpotché et le Dalaï Lama (la liste est beaucoup plus longue), conférences sur la médecine tibétaine par le médecin du Dalaï Lama, un yoga de qualité supérieur à celui que j’avais pratiqué auparavant, Vajra Yoga, mantras, sadhanas, massages shiatsu, les meilleurs peintres et sculpteurs de cette tradition, le plus beau temple, les premiers stoupas. Les premiers restaurants vegans et végétariens de qualité, un desquels diffuseur du bon jazz Belge et des musiques du monde; magasins bio, agriculture biodynamique, les lunaisons, énergies alternatives, connaissance des plantes, contact avec les éléments, les recettes de grand-mère, vivre simplement en milieu rural et urbain; la danse, les voyages en groupe… Dans les centres, on pratique, on partage nos expériences et connaissances, on s’entraide, une vie beaucoup plus riche qu’en famille nucléaire.
      Quand je vois qu’aujourd’hui, il y a une nouvelle conscience sur la planète; qu’on parle de bienveillance envers les animaux; de plus en plus d’adeptes de repas vegan, de saison et local… que les gens se réunissent en associations, colocations, collectifs… Qu’on conseille de gérer son stress, violence et colère par la méditation, la pleine conscience (méditation à apprendre dés le plus jeune age – vu sur Facebook!); qu’on voit des panneaux solaires un peu partout… j’en suis ravie et je me dis que notre quête a la possibilité d’être mieux comprise que dans les années 1997.
      Actuellement, question de logistique, je n’habite pas dans le centre. La vie communautaire et la présence de la pratique me manquent énormément.
      Grande gratitude pour l’enseignement et la présence de la Lignée, ainsi qu’à tous les amis de bien.
      Paula

    • J’ai connu depuis 2002, avec une grande joie OKC en France, au Portugal et à Bruxelles lors d’enseignements de sagesse bouddhiste donnés par de grands érudits qui contribuent ainsi, depuis de nombreuses années au bien-être et à la connaissance spirituelle des êtres. Les personnes qui y vivent sont respectueuses et en recherche de tout occasion pour pouvoir se transformer et devenir meilleur. En tant qu’éducatrice et professeur, j’ai constaté que les enfants vivant en France étaient bien scolarisés et heureux de vivre dans cette belle nature, portés par une pédagogie et une éducation basés sur le respect et la coopération, ceux-ci recevaient des indications claires, pleines de bon sens et de droiture et non une éducation laxiste comme nous rencontrons actuellement trop souvent qui, le savons-nous, engendrent des problèmes de structuration et de socialisation. Je soutiens de tout cœur la communauté et le responsable de celle-ci et les remercie d’avoir pu montrer une autre manière de vivre basée sur la richesse humaine et spirituelle et en faire, encore actuellement, profiter les autres.

    • Je n’ai pas grand chose à ajouter à tout ce qui a été dit..
      J’ai passé toute mon enfance à Nyima Dzong et j’en garde de merveilleux souvenirs !

      Je soutiens entièrement la communauté Ogyen Kunzang choling et Lama Kunzang près de qui je vis actuellement
      Vive le Québec libre!

    • Dans cet Univers, ce Monde, cette Région, je pense que j’ai eu la chance de naître dans une famille où l’on m’a appris à appréhender les situations d’une manière courageuse et responsable.Responsable de quoi?De ce qui arrivait à chaque instant, tout simplement.
      Comment?En respectant une distance, qui me permettait de faire face, seule, à mes difficultés, pour que j’apprenne vite les aléas de la vie sur terre.
      Même si cela me semblait souvent bien difficile, bien plus tard, étrangement, j’en ai retiré une sorte de force joyeuse .
      Lorsque je suis partie pour vivre de mes propres ailes, je ne trouvais nulle part des valeurs qui correspondaient à mon fort intérieur.
      Alors que je croisai, ce groupe de personne qui forme la Ogyen Kunzang Choling et son centre, avec un grand élan et un Bonheur Réel, je pris la décision de vivre dans ce centre et de participer à la vie communautaire, afin d’expérimenter la mise en pratique directe et au quotidien, les Belles Valeurs de cette philosophie qu’est le Bouddhisme. Enfin j’ai trouvé un espace où ma vie en cours pouvait se déployer en toute cohérence avec mon bon vouloir. C’est quelque chose que l’on porte au fond de soi depuis la petite enfance, une fragile et tendre Lumière que l’on essaie de préserver au delà de toute intervention.
      Bien sûr que lorsque l’Honneur de donner la Vie à un enfant s’est présentée, j’ai souhaité ardemment qu’il puisse apprendre les Valeurs d’un monde à multi-facettes , dans un endroit où le Bouddhisme offre la possibilité d’expérimenter toutes sortes de valeurs essentielles à l’existence, comme la patience, le partage, le respect de la Nature, les activités ludiques et communautaires et aussi la façon de gérer des liens avec ses parents; Tout cela, en résonance avec d’autres enfants.
      Je voulais vraiment cette éducation pour mon enfant en alternative avec mes visites au Château de Soleils et les siennes à Bruxelles.
      Je pense qu’il faut toujours agir en se posant la question « est il possible qu’un jour dans le futur, j’en vienne à regretter mon choix? »
      Goutte à goutte, mon expérience dans le groupe d’êtres que représente Ogyen Kunzang Choling, m’apporte toujours la même joie de vivre que lors de mes premiers pas dans ce centre.

    • Ma compagne et moi nous connaissons la société Tara depuis de longues années.
      Rossana y a travaillé et moi j’y travaille toujours. Notre gratitude est grande envers tous les membres
      de Tara: leur gentillesse généreuse nous a soutenus et enrichis pendant tout ce temps dans notre vie quotidienne.
      L’organisation et les conditions de travail chez Tara nous ont permis de vivre,mais surtout de croire en la profonde
      bonté des humains et de développer une confiance dans un avenir harmonieux.

    • Thuret gerard (la famille Thuret, ont connu la OKC bien après les perquisitions, n’ont jamais vécu dans la OKC à part leur fils, volontairement, déjà adulte, si ce dernier a connu Spatz, c’est en Espagne dans les années 2000+, n’a aucune idée du vécu des différentes générations au sein de la OKC)

      Quoiqu’il arrive je garderai une confiance inébranlable dans cette communauté chaleureuse, authentique et pour moi au dessus de tout soupçon.

       

    1. Martine Mercier (la femme du responsable OKC France, institutrice de Français primaire et secondaire, est venue témoigner à décharge pour Spatz, confronté aux tortures subies par une partie des enfants, elle dit n’avoir rien vu du haut du balcon de sa “cuisine du lama”, avec son mari, Chef OKC France, elle est venue se parjurer devant la cour de Justice lors du première procès en 2016)

       » Mon Dieu, mon Dieu, la vie est là,
      simple et tranquille… »
      Verlaine – Sagesses
      Pour 40 années de vie simple et tranquille et heureuse, merci !

    2. Luísa Costa (Une amie d’une adepte qui n’a aucune idée de la réalité dans la OKC, à part ce que son amie, proche de Spatz lui racontait ou lui faisait percevoir lors de ces visites)

      O meu nome é Luísa Costa e agradeço ao Céu conhecer a OKC há quase trinta anos. Nada me enobrece mais do que ter como Mestre o Precioso Lama Kunzang. Um Pai! Um Tesouro de Sabedoria e de Compaixão! O Precioso Mestre, é Luz e Amor! A quem todos devemos muito mas que infelizmente nem todos reconhecem!

    3. carlos salbany (un adepte de la première heure qui fréquentait surtout la OKC en été lors des séminaires publics, un individu dont les parents avec des enfants dans la région de Castellanne devrait se méfier)

      J’aimerais tout simplement dire que tous ceux qui « s’attaquent » au Lama Kunzang, « s’attaquent » a la plus belle Aventure de l’existence de l’homo-sapiens: l’éveil!
      Quelle tristesse tous ces mots chargées de haine, de stupidité, de l’ignorance pure, d’ailleurs des comportements largement partagés dans « nôtre » société (assoiffée de nos malheurs).
      Je ne critique personne mais je pense pouvoir vous dire que sont des agissements mandatés par Mara…

    4. Rui de Carvalho Oliveira (No comment, le sécrétaire général de la OKC, qui n’a rien su, rien vu et qui est toujours en post après plus de 4à ans de règne sur ses moutons)

      Je vis dans un centre du Dharma. C’est quoi, un centre du Dharma ? C’est avant tout un temple, espace consacré et précieux où les Lamas viennent enseigner. C’est là aussi que les pratiquants se réunissent pour recevoir les enseignements et pour pratiquer ensemble la méditation, la récitation des mantras, la prière. Pour respirer ensemble, quoi, et écouter battre ensemble leurs cœurs. Notre temple, qui est le cœur du centre du Dharma, existe grâce à présence devenue intemporelle de Sa Sainteté le Dalaï Lama, de Kangyour Rinpotché, de Dudjom Rinpotché, de Dilgo Khyentsé Rinpotché, de Trulshik Rinpotché. Sa vie se nourrit des enseignements de Khyentsé Yangsi Rinpotché, d’Adzom Gyalsé Rinpotché, de Ringou Tulkou Rinpotché, de Khenchen Péma Shérab et d’autres. Et nous avons en plus un très bon Khenpo, Khenpo Tseten, un maître d’études qui séjourne souvent parmi nous et nous suit de plus près dans notre apprentissage.

      Je me lève tôt le matin et je fais mes pratiques, mes prières. C’est le moment le plus heureux de ma journée. Ensuite je vais rejoindre les autres au temple, à 6h30, pour pratiquer ensemble. C’est aussi le moment le plus heureux de ma journée. Enfin, ça continue. C’est fou ce que ça peut nous rapprocher, d’être là ensemble. C’est plus fort qu’un repas d’anniversaire, je vous assure, et c’est tous les jours, vous vous rendez compte ? Puis la journée continue, et je les croise et recroise dans le centre, mes amis du Dharma, plus jeunes et plus vieux. Et toujours, tout au fond, ce sentiment diffus de partager avec eux quelque chose d’unique. Parfois je suis de mauvais poil, mais je préfère mille fois tirer la tête avec le Dharma que d’être heureux sans le Dharma. Si c’était possible, d’être heureux sans le Dharma. Pardon, là j’exagère. C’est mon coté enthousiaste.

      Et les enseignements, alors ! C’est comme si on entrouvrait devant vos yeux un coffre plein des richesses dont vous avez toujours rêvé. C’est comme un vin velouté qui vous réchauffe et vous rend heureux de la racine des cheveux aux extrémités des orteils.

      Alors vous voyez, pour un type qui a quitté le Portugal avec son sac à dos il y a 43 ans en cherchant exactement tout ça et qui est tombé dessus tout de suite en arrivant dans Ogyen Kunzang Chöling et qui en plus a pu en jouir toute sa vie, je peux pas me plaindre. D’ailleurs je ne me plains pas.

    5. Sylvie Bertoli (Encore une touriste fanatique de Lama Kunzang qui n’a aucune idée du vécu à l’intérieur de la OKC)

      Je souhaite partager mes ressenties concernant la communauté bouddhiste de Nyigma Dzong et Ogyen Kunzang Chôling en général, le bonheur de ma vie. Le Lama Kunzang est la personne qui a fait plus pour moi que n’importe qui. Son soutien, sa bienveillance, sa bonté, son amour et ses merveilleux enseignements de sagesse. J’ai vu les enfants de Nyima Dzong vivre et évoluer dans ce lieux de paix. Ils semblaient heureux de partager ce quotidiens dans les prières, à l’école et aussi les promenades, les jeux, les courses en vélos dans les montagnes, les chasses aux trésors, les baignades dans le Riou. Sans compter les multiples activités comme la musique, la dance les arts martiaux etc. Je vis à l’extérieur pour des raisons personnels et je n’ai jamais pu offrir à mes propres enfants, qui connaissent Nyigma Dzong également, un dixième des activités offertes aux enfants dans ce lieux merveilleux. Combien de parents n’auraient pas souhaiter que leurs enfants vivent dans un tel lieux ! Les professeurs et les personnes vivant là sont d’une grande gentillesse et d’une immense disponibilité, le coeur ouvert à chaque instant. Etant une maman attentive et aimante, parfois les enfants ont besoin de discipline sinon c’est le désordre, pour eux surtout et ils manqueraient de repères si nous les parents de manifestions pas, lorsque c’est utile, de quelques réprimandes. C’est normal, on ne doit pas les laisser libres de faire des choses qui pourraient leurs nuire mentalement et physiquement. L’éducation c’est difficile et ingrat parfois. Mais il ne faut pas croire que les enfants de Nyigma Dzong étaient sujet à la torture mentale et à la manipulation. Quoiqu’il arrive je garderai une confiance inébranlable dans cette communauté chaleureuse, authentique et pour moi au dessus de tout soupçon. Je soutiens de tout mon coeur la communauté Ogyen Kunzang Choling et le Lama Kunzang, un maître authentique de la plus pure tradition Bouddhiste Tibétaine. L’amour dans sa plus pure simplicité.

    1. Je connais le Lama Kunzang depuis 1978, je l’ai rencontré en privé et dans ses enseignements de nombreuses fois jusqu’à aujourd’hui. J’ai eu la chance de vivre le Bouddhisme dans les centres de Bruxelles de 1979 à 1981 où j’ai été accueilli avec beaucoup de gentillesse. Bien sûr lorsque l’on vie dans un monastère bouddhiste ou chrétien et que l’on y soit nourrit, logé, blanchit, en bref (pris en charge) on se doit de fournir une certaine somme de travail pour aider au bon fonctionnement des centres. Pour ma part je travaillais dans les cuisines des restaurants. Lorsque j’ai manifesté le désir de revivre à Paris, ni le Lama, ni mes amis de la communauté m’ont fait le moindre reproche.

      Pendant ces deux années, j’ai eu le temps d’observer que l’on peut retrouver toutes les formes de tempéraments que l’on vois dans une société. Des personnes joyeuses d’autres moins, des personnes travailleuses d’autres moins, des couples avec des problèmes d’autres qui n’en avaient pas mais tous le monde étaient traités à la même enseigne par Lama Kunzang et les Lamas qui étaient invités. Pendant 37 ans, j’ai vu le Lama Kunzang enseigner le Bouddhisme tout comme le font d’autres Lamas que ce soit en France, en Belgique où d’autres pays. Je n’ai jamais vu pendant toutes ces années Lama Kunzang donnait d’ordres à qui que ce soit, mais des conseils et seulement quant on lui en demandait. Les Lamas sont là bien sûr pour expliquer le Bouddhisme et créer des centres, pour que nous puissions essayer de mettre en pratique ces enseignements.

      Quant aux enfants de Nyima-Dzong, je les connais bien pour leur avoir dispensé des cours d’art-martiaux pendant plusieurs années, j’y ai vu de petits êtres plutôt d’humeur joyeuse, vifs et en bonne santé. Je me rappelle clairement qu’une année, ils m’ont fait la surprise d’un grand gâteau d’anniversaire et piaffaient d’impatience tant ils étaient enthousiastes de voir la tête que j’allais faire, j’ai dû faire des efforts pour retenir mes larmes de joie. L’été je dispensais les cours de karaté en plein air et l’hiver nous le faisions au chaud dans le grand temple. D’autre part, je n’ai jamais vu aucun de ces jeunes se prosterner dans la neige ou même manquer de nourriture, bien au contraire cette nourriture était abondante et de bonne qualité et la porte de la cuisine restait ouverte pour toutes celles et tous ceux qui avaient un petit creux. Je peux dire aussi avoir vu les enfants partir en voyage dans leur famille respective, grands parents, etc… à chaque vacances scolaires avec l’aide de OKC (Portugal, France et Belgique). Je me rappelle aussi que mon fils passait toutes ses vacances d’été avec les quelques uns qui restaient sur place parce qu’ils n’avaient pas de famille pour les accueillir en dehors de leurs parents. Mon fils a gardé d’excellents souvenirs passés avec eux, a jouer dans les rivières, a construire des cabanes, a faire des sorties encadrés d’adultes.

      Je voudrais dire aussi que même si cette façon de vivre est saine, elle ne convient peut être pas à tout le monde et que dans les centres de l’ OKC nous avons la possibilité et la liberté sans aucunes contraintes et à n’importe quel moment de pouvoir prendre sa vie en main et de l’orienter dans la direction que nous avons choisie. Quant aux plus jeunes au même titre que les enfants de France et d’ailleurs, attendent leurs majorités pour pouvoir vivre le choix de la vie qu’ils désirent.

      Et pour terminer, ce qui me fait garder confiance est que la toute grande majorité des êtres qui habitent les centres OKC où qui les fréquentes sont extrêmement positifs, ils sont un havre de paix, ils sont ma famille.
      Je ne remercierai jamais assez le Lama Kunzang et les autres Lamas pour tout le travail qu’ils ont fourni afin que nous puissions connaître et vivre cela.

    2. Nathalie (adepte de loin qui n’a aucune idée du vécu des enfants à CS)

      Hommage à Kunzang pour son immense générosité et totale confiance aux êtres. Hommage à tous les Enseignants Protecteurs Officiels des paroles du Bouddha que j’ai pu écouter au centre OKC depuis ses débuts. Hommage à tous les membres de cette communauté vivante où règne une attitude d’humilité, de respect, de partage, d’étude, et d’intelligence. Hommage à tous mes agresseurs, voleurs, abuseurs croisés sur les chemins de mon existence, pères et mères, enfants, juges…..tous participent à la poursuite de l’approfondissement par l’étude et la pratique de ces précieux enseignements proposés et offerts par Kunzang depuis tant d’années. Hommage à toi de tout cœur.

    3. Sylvaine GAZIGLIA (adepte de loin qui n’a aucune idée du vécu des enfants à CS)

      Je souhaite témoigner de mon expérience, suite à la rencontre de l’association OGYEN KUNZANG CHOLING fondée au Tibet par le très Vénérable KANGUYE RINPOCHE fondée en Europe par le Vénérable LAMA KUNZANG DORJE.

      Suite au décès de mon époux en 2010 à l’age de 49 ans du à un avc; je suis entrée en dépression pendant une année où je me suis faite soigner par un psychiatre et un médecin.
      Malgré tous les soins que ces médecins m’ont apporté je n’arrivais pas à surmonter cette situation trop douloureuse pour moi.

      Mon Amie , qui connait et fréquente la communauté depuis plus de vingt ans me propose de participer à un enseignement à NYIMA DZONG. Je décide de faire mon sac et partir avec elle visiter ce centre.
      Un accueil chaleureux m’a été réservé, j’ai participé à l’enseignement dans le Temple construit à cet effet et là toutes les larmes de mon corps sont sorties à flots.
      Quelque chose d’extraordinaire venait de m’arriver.

      Je médite depuis quelques années et pratique le yoga.
      J’écoute les enseignements de Sa Sainteté Le Dalaï Lama ainsi que des conférences de MATHIEU RICARD .

      De ce jour je n’ai jamais plus quitté la communauté où je me rends régulièrement pour méditer et suivre les enseignements qui nous sont proposés.

      Nyima Dzong est un lieu merveilleux où l’accueil est toujours fait avec beaucoup de bienveillance.
      J ‘ai pu grâce aux enseignements et à la méditation retrouver la paix intérieur indispensable au bien être de l’individu.
      Je participe à ma manière à aider la communauté à pouvoir continuer sa quête: »Développer le monastère et grandir chaque jour davantage au bénéfice de tous les êtres »
      Cet communauté nous rappelle chaque jour les règles de vie naturelle pour que tous les êtres soient heureux.

      Oui, je témoigne Mme Gaziglia Sylvaine Éducatrice de jeunes enfants depuis 32ans, que NYIMA DZONG est une aide indispensable pour promouvoir la Paix et l’Amour dans le monde et je ne cesserais de remercier LAMA KUNZANG DORJE pour l’aide qu’il m’a été donné pour surmonter cette rude épreuve.

      » Pour qui aspire à une vie heureuse il est très important d’employer à la fois des moyens internes et externes;en d’autres termes, d’associer développement matériel et développement spirituel. »
      Le Dalaï Lama , Gyatso Tenzin.( Dit chef suprême du bouddhisme Tibétain:né en 1935)

    4. Alicia Rios et Vincent Gourdin (n’ont jamais reçu le même traitement qui a été imposé sur les autres enfants dans la OKC)

      Nous avons vecu dans les années 80, quelques mois dans la communauté en France et au Portugal et ensuite pendant des années nous étions présents aux enseignements. Ce sont les années, les plus heureuses pour nous et aussi pour ma petite famille. Une qualité de vie remarquable qui nous a marqué à jamais, tant par les membres de la communauté que par notre maître espirituel Lama Kunzang. Ca ne m’étonne pas qu’une partie de la sociéte s’y prenne avec tant de violence a un mouvement de ce genre. Ca forme partie de leur jeux destructeur. Toutes nos pensées et notre amour pour soutenir la communauté Ogyen Kunzang Chôling Alicia Rios et Vincent Gourdin.

    5. marc vanhulle (brièvement séjourné à CS lors de séminaire d’été)

      Les chinois, de par leur invasion du Tibet, on chassé ceux-ci en partie vers l’occident et c’est ainsi qu’en 1972, j’ai rencontré cet univers oriental lors d’une conférence à Bruxelles : ce fut un tsunami émotionnel ! Un monde de compassion, de compréhension, d’ouvertures d’esprits s’ouvrirent à moi enfin ! la gentillesse, la disponibilité, la patience, les pratiques de ces tibétains déracinés furent les clés essentielles du bouleversement de ma vie… Au fil du temps les plus grands maîtres tibétains défilèrent dans les différents centres OKC pour y enseigner leurs immenses savoirs avec à leur tête le Dalaï-Lama, prix Nobel de la Paix. Une nombreuse foule fut ainsi drainée… Comment décrire ce qu’ils apportèrent ? impossible ! Combien d’entre-nous, occidentaux, ont été sauvés physiquement des pièges de la vie, de la noyade psychique et émotionnelle ! Ces êtres se sont penchés avec grande compassion sur l’OKC, n’ont jamais lésiné sur leur temps ou santé et, à 77 ans, je les remercie encore du fond du cœur des merveilles qu’ils ont apportées dans notre monde bien malade d’aujourd’hui : ils ont été des étoiles qui brillaient en plein jour ! Tous ces grands êtres ont témoigné de par leur présence et enseignements de l’authenticité des activités de l’OKC. Alors ? La justice des hommes pataugeant parfois dans ses profondes et tenaces contradictions, puissent ces hommes qui jugent d’autres hommes accepter et reconnaître leurs vues erronées et ainsi « grandir » dans leur propre cœur et… celui des autres.

    1. Je remercie éternellement Lama Kunzang et tous les êtres qui ont participé à ce que j’ai pu le rencontrer dans cette vie ci et assister à ses enseignements.
      Ces enseignements sont des bijoux précieux plus beaux que le cœur peut recevoir.

      Il m’a révélé la compassion réelle qui émerge du cœur par la réalisation de le non-dualité et de l’amour qu’il porte envers tous les êtres. Cet amour non-duel dans lequel tout jugement est terrassé et il ne reste que le regard pur du cœur.
      Mes hommages à Lama Kunzang, un diamant qui miroite la lumière à l’infini.

    2. Je suis allée pour la première fois à Nyima Dzong en août 2010 pour rencontrer Khenpo Tseten et lui demander de venir enseigner chez moi. Il est l’élève d’un maître très connu. C’est important car dans la tradition bouddhiste il y a plusieurs écoles reconnues qui toutes remontent au bouddha Shakyamuni. Cette chaîne ininterrompue garantit l’authenticité des enseignants et de l’enseignement.
      J’ai rencontré dans ce centre bouddhiste plus que ce que je venais chercher : des amis. J’admire leur assiduité à l’étude et leur attitude toujours ouverte et bienveillante pour tous et ce depuis quarante ans.
      Quand je vais les voir, je me ressource malgré les conditions de vie rustiques. J’y trouve ce dont un véritable pratiquant bouddhiste a besoin : un temple, un environnement propice à la méditation contemplative et active en partageant avec eux les tâches quotidiennes, un enseignant et un enseignement authentiques.

    3. Martine et Jean -louis, Je suis de tout cœur avec vous. J’ai vu le documentaire clairement malveillant et « bidonné » sur internet et j’y ai vu des signes grossiers de tentatives de manipulation du spectateurs que ce soit par l’image ou par l’émotion apporté par des évocations subjectives de lointains souvenirs d’enfants tristes de ne pas voir leurs parents assez souvent, mais qui à n’ont rien à voir avec de la maltraitance. Cela prouve du coup l’absence de fait tangible mais la présence flagrante d’une volonté de nuire par la calomnie.
      Il semble qu’en Belgique on ne connaisse pas encore la présomption d’innocence…
      Mais ne vous en faites pas, vous n’êtes pas seuls. Personne ne croit à ces foutaises.

    4. C’est par un article de « Bouddhisme Actualités » (dans les années 2000) que j’ai connu le centre bouddhiste de Nyima Dzong qui se trouve dans le même département que mon lieu de résidence. Je chemine sur la voie bouddhiste depuis 1994 et je suis des enseignements qui appartiennent à la même école (Tradition Nyima) que le centre de Castellane.
      Depuis cette époque , lorsque des maîtres viennent enseigner , je vais régulièrement y suivre des séminaires . J’y ai même campé lorsque les enseignements s’y déroulaient sur plusieurs jours.
      Que ce soit au niveau des pratiques et des enseignements , j’y retrouve la même authenticité que celle suivie dans le centre auquel je suis affiliée.
      Quant aux relations que j’entretiens avec les personnes – adultes et enfants ( il y a déjà quelques années)- elles ont toujours été fraternelles et chaleureuses.
      C’est toujours avec un grand plaisir que je m’y rends, un peu comme si j’y retrouvais ma famille « spirituelle » . Je n’ai jamais ressenti une éthique « douteuse » qui
      serait en contradiction avec l’enseignement du Bouddha.
      Michelle Puchyra
      04220 Sainte-Tulle

    5. Quand je pense à N.D. , les mots :
      -accueil
      -partage
      -amour
      -paix
      me viennent spontanément à l’esprit.

      Ma fille et moi avions été de passage au centre ,
      Ce qui m’a permis de me ressourcer.
      Je remercie tous ceux qui ont permis à N.D. de naître et de perdurer

    6. Duarte Miguel Cabral de Matos (n’a pas vécu à ND plus que quelques mois, bien après les perquisitions)

      Nyima☀️Dzong
      ❤️❤️❤️❤️

    7. Nyima dzong est un lieu paisible dédié à l’éveil;
      l’accueil est toujours chaleureux et les enseignants de qualité;
      souhaitons longue vie à ce lieu et ne nous laissons pas atteindre;
      « la bave du crapaud n’atteint pas la blanche colombe »

    8. Dans une famille, les enfants ne ressentent pas toujours les mêmes choses vis à vis de leur vécu avec leurs parents.
      Le passage à la vie adulte est parfois très perturbant, encore plus pour des enfants élevés dans l’éthique du bouddha passant à la société du tout consommable, même l’amour. Avec le temps la vérité fini toujours par ressurgir.

      La manipulation de certains médias mal-intentionnés, c’est autre chose. On fait dire quelque chose à quelqu’un, on utilise une infime partie de ce qu’il dit pour nuire, c’est facile et lâche. Cela boost les ventes du journal, la méchanceté gratuite, le jugement hâtif. Mais cela fini par se retourner à l’envoyeur qui perd toute crédibilité.

      Pourquoi font-ils cela ?
      Parce qu’ils se sentent exister uniquement en détruisant les autres, étant incapables de construire quoi que ce soit par eux-mêmes.
      Le primate de base qui ne pense qu’à lui et à ce qu’il peut prendre aux autres, qui n’a aucune idée de ce que veut dire l’intention et encore moins l’intention juste.
      Le sentier est périlleux pour Nyima Dzong, « la compassion s’élevant comme ennemie ». Bokar R La porte du sens définitif p73.

      Tout l’amour que vous donnez à tout le monde, il ne se compte pas en Euro, c’est cela qu’ils ne comprennent pas, les intolérants qui ne supportent pas qu’on ne vive pas comme eux, car cela remet trop leur mode de vie et de pensée en question.
      Dommage pour eux.
      Ce n’est pas de votre faute, vous qui avez une bonne intention. Ce n’est même plus votre problème, c’est leur problème à eux !

    9. Claudine Albrand
      le relais de saint Géraud
      05140 Aspres sur Buëch (France)

      le 7 janvier 2016

      Je suis allée pour la première fois à NyimaDzong en août 2010 pour rencontrer
      Khenpo Tseten et lui demander de venir enseigner chez moi. Il est l’élève d’un maître très connu.
      C’est important car dans la tradition bouddhiste il y a plusieurs écoles reconnues qui toutes
      remontent au bouddha Shakyamouni. Cette chaine ininterrompue garantie l’authenticité
      des enseignants et de l’enseignement.

      J’ai rencontré dans ce centre bouddhiste plus que ce que je venais chercher : des amis.
      J’admire leur assiduité à l’étude et leur attitude toujours ouverte et bienveillante pour tous et ce
      depuis quarante ans.

      Quand je vais les voir je me ressource.
      Je trouve ce dont un véritable pratiquant bouddhiste a besoin : un temple, un environnement propice à la méditation contemplative et active en partageant avec eux les tâches quotidiennes, un enseignant et un enseignement authentiques.

      Claudine Albrand

Table of Contents

OKCinfo