TC Bruxelles – La partie civile réclame 5.000 euros pour prise en otage d’enfants à l’OKC #OKCproces

Me Dimitri de Béco et Me Caroline Heymans, qui représentent une trentaine de personnes s’étant constituées partie civile contre l’OKC, ont réclamé des montants de 5.000 euros par année passée là-bas pour leurs clients qui ont vécu, enfants, au domaine Château de Soleils.

Une dizaine de personnes physiques et morales liées à la communauté bouddhiste Ogyen Kunsang Choling (OKC) sont prévenues devant le tribunal entre autres d’escroqueries, de faux, de prise d’otages, d’association de malfaiteurs et d’organisation criminelle.

Le fondateur de l’OKC, Robert S., doit aussi répondre de faits de viol. Les avocats de la partie civile ont réclamé des montants de 5.000 euros pour certains de leurs clients qui ont vécu, enfants, au domaine Château de Soleils, coupés de leurs parents.

Et ce montant est réclamé par année passée là-bas par ces personnes. L’enquête dans ce dossier avait en effet révélé que de nombreux enfants de membres de la communauté OKC étaient envoyés dans cet endroit, une importante bâtisse isolée, située en Provence et appartenant à l’OKC.

Les enfants y suivaient des cours spécifiques, en retrait de la vie extérieure et en ayant peu de contacts avec leurs familles. De nombreuses personnes qui ont grandi là-bas se sont aujourd’hui constituées partie civile contre les prévenus. Elles ont témoigné entre autres que les conditions d’hygiène y étaient déplorables, qu’elles y étaient mal ou peu nourries mais aussi qu’elles y étaient battues et pour certaines, abusées sexuellement.

Les avocats de la partie civile ont réclamé des montants plus importants, de l’ordre de 25.000 euros, concernant leurs clients qui ont subi des actes d’abus sexuels au sein du Château de Soleils, en plus d’actes de maltraitance.

Me de Béco et Me Heymans ont aussi réclamé le remboursement des salaires de ceux qui, parmi leurs clients, ont travaillé gratuitement pendant de nombreuses années dans les restaurants et les magasins de l’OKC à Bruxelles.

Dans cette affaire, onze personnes physiques et morales liées à l’OKC sont soupçonnées d’avoir escroqué de nombreuses personnes et d’avoir abusé de leur confiance dans le cadre des activités de cette communauté bouddhiste à Bruxelles, entre 1975 et 2008.

Selon l’enquête, Robert S. aurait poussé certains membres à faire des dons importants à la communauté, des dons qui auraient surtout servi à son enrichissement personnel, et poussé d’autres à travailler gratuitement dans des commerces appartenant à l’OKC.

Le dossier compte cent-dix-sept préventions telles que faux, usage de faux, fraude fiscale, escroqueries, extorsions, blanchiment, abus de confiance, infraction aux lois sociales, port public de faux nom, prise d’otages, association de malfaiteurs et organisation criminelle.

Robert S., présenté par l’accusation comme le gourou de l’OKC, doit également répondre de faits de viol. Les plaidoiries de la partie civile se poursuivront jeudi.

Source : Belga

#Presse

This post is also available in: EN

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Table des matières

Je partage cet article !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur reddit
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!