Skip to main content

#OKCinfo

Lettre à ceux qui nous comprennent un peu… mais pas tout à fait #OKCinfo

4 min read

Lettre à ceux qui nous comprennent un peu... mais pas tout à fait

J’aimerais m’adresser ici à ceux qui trouvent que la démarche des parties civiles est trop violente et qui aimeraient que cela « fasse moins de remous ». 

 

A ceux qui pensent que oui, Robert Spatz a probablement abusé de certaines filles, mais bon. 

A ceux qui pensent que OKC est une des belles choses arrivées dans leur vie. 

A ceux qui pensent qu’à Nyima-Dzong le retour à la nature était si bien. 

A ceux qui pensent que nous formions une si belle et grande Famille et que c’est triste la trahison de tous ces frères et soeurs

 

Réfléchissons justement à ces termes : si nous sommes tous frères et soeurs, c’est que nous avons un géniteur en commun, au hasard un père. Qui est donc ce père ?

Celui qui aurait commis tant de délits sexuels ?

Celui qui aurait commis tant de délits sexuels sur mineures ?

Celui qui avait pour habitude de séparer des couples ?

Celui qui a enseigné que les tous parents étaient toxiques pour leurs propres enfants ?

Celui qui a appris a tant d’adolescents et de jeunes adultes à boire sans réserve ?

Celui qui pensait que la formation professionnelle ne sert à rien ?

Celui qui savait les sévices physiques sur les enfants et n’est pas intervenu ?

Celui qui n’a pas eu de scrupules quand les enfants avaient faim, froid et étaient mal soignés ?

Celui qui a coupé des enfants de leur famille de sang élargie ?

 

En tous cas, je n’ai pas de frère ni de soeur dont le père est ainsi.

J’ai par contre pleins d’amis très chers à mon coeur, qui ont été dans la même vie que la mienne pendant plus de vingt ans. Certains, perdus de vue et d’autres avec lesquels je garde un contact.

Auprès de ces gens, j’ai grandi, j’ai appris beaucoup de choses et me suis construite. J’ai été humiliée, j’ai souffert (tant de tristesse enfouie qui remonte d’une enfance trop dure et incomprise) mais j’ai aussi été aimée, accompagnée, encouragée. J’y ai aimé, accompagné, encouragé quelques-uns je l’espère. J’ai appris à travailler (ça on sait faire dans OKC !), à travailler en groupe, à être réactive, à être autonome et à me battre. 

 

Et tout ça nous appartient. Quelles que soient les charges retenues contre Robert Spatz, ce que nous sommes nous appartient. Et nous pourrons redémarrer quelque chose même sans ce Robert Spatz. Aucun d’entre nous n’a envie d’enfoncer ceux qui sont restés « dans la communauté ». 

Seulement certaines personnes ont besoin de la reconnaissance de leur souffrance et pourquoi pas d’excuses : pour n’importe qui ayant un peu de savoir-vivre, s’excuser quand on a fait du mal est le minimum requis.

Si je dis haut et fort non aux dérives d’un homme, je ne dis pas non à ce passé-là.

Ma porte est grande ouverte à qui veut et j’aiderai comme je peux ceux qui me le demanderaient. 

Mais je ne pourrai pas être hypocrite avec les personnes qui refusent de voir en face la réalité humaine et morale de Robert Spatz. 

Les délits sexuels sur mineurs sont inadmissibles et intolérables.